Vous avez ciblé l'entreprise qui répond à vos critères, avez bouclé le calcul du budget total de la reprise et avez déjà contacté le cédant qui vous a confirmé qu'une négociation était possible ?.

 

Vous avez ciblé l'entreprise qui répond à vos critères, avez bouclé le calcul du budget total de la reprise et avez déjà contacté le cédant qui vous a confirmé qu'une négociation était possible ?

 

Avant de vous lancer dans ce processus de rachat, il va vous falloir étudier les différents moyens de financement et prendre en compte les potentielles aides financières qui s'offrent à vous pour le rachat de la société en question.

 

Les aides et financements liés au chef d'entreprise :

Il existe de nombreuses solutions de financement et aides sociales qui peuvent vous permettre de trouver les fonds pour votre reprise d'entreprise. Vous devez dans un premier temps être capable d'apporter entre 20 et 40 % du montant total de la reprise en vos fonds propres pour être considéré comme un repreneur sérieux et éligible aux aides financières proposées et qui sont les suivantes :

 

-aides ou subventions à la personne : engagés par l'Etat, le Pôle Emploi ou les collectivités

locales, il s'agit de prêts alloués au chef d'entreprise.

 

-prêt d'honneur : certaines fondations et réseaux accompagnent les repreneurs

d'entreprise en leur fournissant des prêts à taux 0 dont le but est de permettre une levée de

fonds, notamment auprès des banques.

 

-appel privé à l'épargne : il s'agit d'un appel à ses réseaux amical, familial, professionnel et

de connaissances auxquels vous proposez un investissement en échange de la cession d'une part sociale de l'entreprise.

 

-prêt participatif : il s'agit ici de faire appel à des investisseurs connus ou inconnus qui

souhaitent soutenir un projet et aider à son financement.

 

-crédit vendeur : lors de la négociation, le repreneur peut conclure un accord avec le cédant

qui lui permet d'échelonner le prix de la reprise sur plusieurs mois.

 

Les aides et financement liés à l'entreprise :

Il s'agit d'une autre forme de levée de fonds, uniquement destinée à l'injection de fonds dans le capital de l'entreprise. Il existe plusieurs solutions :

 

-prise de participation au capital de l'entreprise : des investisseurs privés aident à constituer un important capital et à mettre en place une trésorerie qui permette le bon déroulement de l'activité.

 

-prêt participatif : la Banque Publique d'Investissement vient en aide aux repreneurs en lui fournissant des fonds.

 

-crédit-bail : sans apport préalable, la reprise est financée en totalité et son remboursement programmé sur plusieurs mois.

 

Les aides fiscales à la reprise d'entreprise :

Enfin, vous pouvez également bénéficier d'un allégement fiscal dans le cadre de votre reprise.

 

-Si votre reprise d'entreprise est financée par un prêt, vous pouvez bénéficiez d'une

réduction d'impôts.

 

-la baisse d'impôt est appliquée pour la souscription à une augmentation de capital.

 

-si vous reprenez une entreprise industrielle en difficulté, vous bénéficiez d'une exonération d'impôts

 

-si une entreprise est reprise par ses salariés, ceux-ci bénéficient d'un crédit d'impôt

 

-si l'entreprise reprise se situe en zone aidée, une exonération fiscale est appliquée

 

-pour certains types de reprise comme la donation ou la reprise par les salariés ou la

famille, est appliquée une diminution des taxes de droits d'enregistrement ou de mutation.

Avant de vous engager dans le rachat de la société ciblée, attardez-vous donc bien sur les

différentes aides fiscales qui s'offrent à vous et optez pour les choix les plus stratégiques. Ceux-ci vous permettront de démarrer votre projet avec prudence et sérénité.